Logo Club Carola
Les « danseurs des champs » sont champions du monde !
Insolite
Publié le 15 Octobre 2019
Les « danseurs des champs » sont champions du monde !

Les danseurs de hip-hop de l’ASL Singrist (Bas-Rhin) sont champions du monde amateurs ! Histoire d’un incroyable parcours, digne d’un conte de fée moderne.

C’est bien connu ! Il y a les « danseurs des champs » et les « danseurs des villes ». Eh bien aux derniers Championnats du monde de hip-hop amateurs, le 25 août dernier à Blackpool (Royaume-Uni), ce sont les danseurs des champs qui ont gagné : ils viennent de Singrist, un petit village de 400 habitants entre Saverne et Wasselonne.

« Beaucoup de travail »

La section danse hip-hop de l’ASL Singrist a été créée en 2014. Et cinq ans plus tard, la voilà déjà sur le toit du monde de la danse urbaine. Le secret ? « Tout simplement beaucoup de travail », répond modestement, mais très fièrement quand même, Glodi Nkewa, chorégraphe et responsable des groupes, âgé de seulement 27 ans. Les six jeunes du crew, âgés eux, de 18 à 21 ans, répètent trois fois par semaine, à raison de 2 heures par séance. Pendant les vacances scolaires, c’est quatre fois dans la semaine. Et on ne compte pas le travail personnel. En plus des chorégraphies, c’est aussi – et surtout – beaucoup de renforcement musculaire afin de pouvoir enchainer les figures les plus acrobatiques tout en tenant le rythme, pendant 2 minutes d’affilée.

« Peu importe d’où on vient »

Glodi Nkewa danse depuis qu’il est tout petit. En 2012, il rejoint une troupe strasbourgeoise et participe à des championnats aux Etats-Unis. « C’est là que j’ai eu l’idée de transmettre ma passion aux plus jeunes », raconte-t-il. Par le plus grand des hasards, il rencontre Olivier Thomas, président de l’ASL Singrist, dans un fastfood de Marmoutier. Ensemble ils décident de créer la section hip-hop. « Avant les épreuves, j’ai dit aux danseurs : ‘’ Peu importe d’où on vient, on peut se qualifier et gagner. On vient d’un petit village, et alors ? Ca ne doit pas être une excuse pour perdre. La seule chose qui compte, c’est ce que vous allez montrer sur scène.’’ », dévoile après coup le jeune chorégraphe.

Et l’histoire ne fait peut-être que commencer, puisque lors de ces mêmes championnats du monde, les juniors de l’ASL Singrist se sont, eux, classés cinquièmes. Et ça, ce n’est toujours pas une fable !

Crédits photo : ASL Singrist