Logo Club Carola
La "Cité perdue" de Marckolsheim
Insolite
Publié le 2 Mai 2019
La "Cité perdue" de Marckolsheim

Nous ne sommes pas aux fins fonds des jungles péruviennes ou laotiennes mais à 60 km de Strasbourg, 20 km de Colmar, au bord du Rhin : nous sommes à la cité perdue de Marckolsheim. Étonnant voyage sur les traces d’une ville aujourd’hui disparue, qui, entre 1958 et 1968, hébergea plus de 3 000 habitants.

On l’appelait la « La Cité 14 »

La centrale hydroélectrique de Marckolsheim fut construite à la fin des années 1950 et inaugurée en 1961. D’une hauteur d’eau de 13,20 m, le barrage compte quatre turbines pour une puissance totale de 150 MW. Elle est une des dix centrales qui jalonnent le Rhin, entre Bâle et Lauterbourg. Elle faisait partie intégrante d’un vaste programme qui prévoyait l’aménagement du Grand Canal, de ses barrages et de ses écluses. Afin de loger les centaines d’ouvriers qui travaillèrent sur ces chantiers, une vraie ville fut construite le long du Rhin : « la Cité 14 », quatorzième du genre construite par EDF en France.

Une cité de 3 200 habitants

Entre 1958 et 1968, la « Cité 14 » compta jusqu’à 3 200 habitants. La ville proposait : écoles, bureau de poste, gendarmerie, banque, médecins, chapelle, épiceries, marchand de journaux et de tabac, coiffeurs, garage automobile, terrain de sport, la Cité avait tout d’une petite ville ! Chacune des 578 maisons avait sa salle de bain disposant d’eau chaude, ce qui à l’époque était encore rarement le cas dans les villages voisins.

Presque tout a disparu

En 1968, la ville fut démontée et la nature reprit ses droits peu à peu. Aujourd’hui, un sentier aménagé et fort bien documenté raconte cette brève histoire urbaine. À part un ou deux postes électriques, presque tout a disparu. Le chemin, d’une longueur de 2,4 km, serpente à la place des anciennes rues et la biodiversité très riche des forêts rhénanes a repris ses droits : libellules, crapauds, sangliers, iris, millepertuis, ophrys abeille… sont revenus dans la forêt comme s’ils ne l’avaient jamais quittée.

 

Crédits photo : galichonj - Geneanet

A lire également
INSTANT GOURMAND #3 - TARTELETTE AU CITRON