Logo Club Carola
Le tonnelier de Beblenheim
Tradition
Publié le 30 Août 2019
Le tonnelier de Beblenheim

Au cœur du vignoble alsacien, Lionel Berger est un des deux derniers tonneliers d’Alsace. Visite d’un atelier qui redonne vie à un des plus vieux métiers du vignoble.

Major de promotion

Quand il était enfant, Lionel Berger se souvient d’avoir visité dans la région de Cognac un atelier de tonnellerie avec ses deux parents, viticulteurs à Beblenheim : « Il y avait l’odeur du bois, le bruit, le feu… Je me suis dit : c’est le métier que je veux faire. » Les années passent, le jeune Lionel s’inscrit au CAP Vigne et Vin de Rouffach, dans la perspective de reprendre la propriété de ses parents, et, un soir, il voit un reportage sur la section tonnellerie du lycée viticole de Beaune. C’est le déclic : il achève son CAP à Rouffach et enchaine avec un CAP de tonnellerie à Beaune, qu’il réussit en 2006. Il s’offre même le luxe de terminer major de promotion.

Tonneaux de 500 litres

Il travaille quatre ans dans une entreprise de tonnellerie en Bourgogne et, en 2010, rentre au village. Il décide de reprendre à son compte la propriété familiale et de créer son atelier de tonnellerie. Il investit dans des machines, des raboteuses, des toupies, qu’il va chiner jusqu’en Bourgogne ou dans le Bordelais et se lance dans la fabrication de ses propres tonneaux. Des tonneaux de 1 litre, pour la déco, façon tonnelet accroché au cou du Saint-Bernard, à 500 litres pour les vignerons du coin ou d’ailleurs. Il travaille principalement le chêne rouvre ou pédonculé, mais aussi l’acacia pour certains vins blancs, le châtaignier, plutôt pour les vins rouges, ou le frêne, pour les eaux de vie.

L’arôme des grands vins

Aujourd’hui Lionel Berger est un des deux derniers tonneliers d’Alsace. « Le métier n’est pas mort », se réjouit-il. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est l’étape de la chauffe : « C’est le moment le plus excitant, le plus physique. C’est ce qui va déterminer la qualité finale du tonneau et apporter l’arôme qui conditionne les grands vins. Il ne faut pas se louper. » C’est ce qu’il aime raconter au cours des nombreux évènements et démonstrations auxquels il participe en Alsace et dans le Grand Est.

 

Pour le voir en action, vous pouvez le retrouver en démonstration une fois par mois à l’Ecomusée d’Alsace !

A lire également
INSTANT GOURMAND #4 - BROCHETTES DE POULET