Logo Signature
Le dernier pêcheur du Rhin
Insolite
Publié le 10 Juin 2020
Le dernier pêcheur du Rhin

Son métier : pêcheur professionnel sur le Rhin. Jérémy Fuchs a repris l’activité de pêche d’Adrien Vonarb, le 1er janvier dernier. Récit d’une très fructueuse sortie matinale entre Kembs et Fessenheim.

Relève des filets

Petit matin frisquet de fin de printemps à l’entrée du canal à grand gabarit de Mulhouse, juste devant l’écluse. Jérémy Fuchs vient de mettre à l’eau sa barque en aluminium : il part relever ses filets. Debout à l’avant du bateau, il rame façon gondolier. A 6 heures, tandis que le soleil monte dans le ciel, Jérémy fait sa première prise du jour : un aspe du Danube d’un poids estimé à 2,5 kg. Deuxième filet, juste devant la petite île qu’enjambe la RD 52, et deux nouvelles prises : cette fois ce sont des brèmes.

Deux beaux silures

Fin de la première étape, direction le Grand Canal d’Alsace, juste en aval de l’écluse de Fessenheim, dans une sorte de baie peuplée de cygnes, appelée le Bouchon. A peine à l’eau, Jérémy annonce : « Ah, ça téléphone ! » Entendez : il y des poissons qui donnent des coups dans le filet. Et quels poissons : deux beaux silures coup sur coup. Les sortir de l’eau et les caser dans le filet afin de les empêcher de se débattre dans le fond de la petite embarcation n’est pas une mince affaire. Estimation : 1,50 m et une bonne vingtaine de kilos chacun.  Jolis bébés ! Suivront deux belles carpes.

Reprise d’activité

Jérémy Fuchs est pêcheur professionnel sur le Rhin, depuis janvier 2020. Il a repris l’activité, Les Délices de nos rivières, créée par Adrien Vonarb en 1988. Petit, il allait déjà taquiner le goujon dans les étangs de pêche. En 2003, alors scolarisé en classe de seconde au lycée agricole de Rouffach, il fait son stage de découverte chez Adrien Vonarb. Poursuite d’études, premier boulot dans une entreprise d’installation de panneaux photovoltaïques, puis chez un vigneron, et en 2017 il apprend qu’Adrien Vonarb cherche un repreneur. Ni une, ni deux, il prend contact avec lui et débute sa formation. Objectif : vivre de la pêche sur le Rhin.

Aujourd’hui Jérémy Fuchs est le dernier pêcheur professionnel sur le Rhin. Tous les matins – ou presque –, il part relever ses filets. Il prend régulièrement des brochets, des anguilles, des sandres, des barbots, des silures, des carpes, quelque fois des écrevisses qu’il capture dans des nasses. Dans son atelier de Balgau, il transforme lui-même 85 % des poissons qu’il a capturés : en quiches, tourtes, terrines, friands commercialisés sous la marque Délices de nos Rivières dans les supermarchés des environs. Le reste est vendu aux restaurants du coin, dont deux étoilés. « Je veux montrer qu’il est possible de vivre de la pêche en eau douce, tout en réduisant l’impact environnemental au maximum », explique le pêcheur, plutôt satisfait de la pêche du matin : 55 kg de poissons !

A lire également
100% neutre en carbone !